De Michael Yu, 14 septembre 2021

Alors que de nombreux étudiants du RPC ont dû s’adapter à la reprise de leurs activités personnelles sur le campus, les étudiants athlètes ont été particulièrement touchés par le changement. Pour maintenir la santé publique et continuer à faire de l’exercice de manière compétitive pendant la pandémie, beaucoup ont dû changer leur façon de faire de l’exercice, de jouer et de vivre.

Lorsque le campus du CPP a fermé en mars dernier, les étudiants-athlètes ont été confrontés à de nombreux défis, allant de la pratique selon les directives de distanciation sociale aux tests COVID-19 entre les matchs.

Pour la bloqueuse du centre de volleyball Erin McFarland, l’annulation de la saison 2020-2021 a été une expérience intimidante.

“Le verrouillage initial du printemps dernier a été vraiment difficile à gérer”, a déclaré McFarland. « En tant qu’étudiants-athlètes, nous bâtissons notre vie sur le sport ; c’est une grande partie de notre identité. C’était difficile de tout enlever, mais vous vous adaptez et continuez à travailler pour revenir. »

Les installations universitaires étant inaccessibles, les athlètes ont dû trouver leurs propres moyens de s’entraîner et de rester en forme au cours de la saison 2021-2022.

“J’ai tiré le meilleur parti de ce que j’avais et j’ai essayé d’être créatif et de trouver tous les entraînements que je pouvais faire”, a déclaré Benjamin Ghilarducci, gardien de tir de l’équipe masculine de basket-ball. «Je devais trouver des moyens de rester actif et de travailler seul sur mon jeu. J’ai surtout fait de l’haltérophilie à la maison, je suis allé courir et j’ai tiré des centaines de pneus chaque jour. »

Le vaccin COVID-19 étant désormais généralement disponible, le CPP a partiellement rouvert ses portes pour l’année scolaire 2021-2022, obligeant les équipes sportives sur le campus à reprendre leur saison régulière selon des directives plus strictes en matière de santé et de sécurité publiques.

«Je suis allé dans des parcs et j’y ai joué. J’ai joué plus au basket cinq contre cinq avec mes amis et mes coéquipiers. Je me concentre également davantage sur mon alimentation et sur le fait d’être aussi sain que possible », a ajouté Ghilarducci.

À la suite de la réouverture, certains athlètes du CPP, comme la bloqueuse du centre de volleyball Kaitlin Tucker, ont eu du mal à faire face à la fois aux jeux, à l’entraînement, à la vie sociale et aux devoirs scolaires.

«En tant qu’étudiant-athlète, la vie est très occupée. Je me réveille et j’ai des cours le matin, je mange, je vais à la salle de sport, je fais mon traitement, je fais de l’exercice, puis des poids, plus de traitement, puis des cours et des devoirs », a déclaré Tucker. « Il peut être stressant d’avoir autant dans votre assiette. Vous vous sentez peu nombreux avec tant d’endroits pour concentrer vos énergies. La gestion du temps est un gros problème lorsque l’on essaie d’équilibrer vie sociale, santé mentale, santé physique, temps d’exercice, devoirs et dormir suffisamment. »

Les étudiants athlètes ont également modifié leurs horaires depuis la réouverture du campus.

« J’ai cours à huit heures du matin, puis je dois aller au gymnase parce que c’est la saison et nous nous entraînons de midi à 2 h 30 tous les jours », a ajouté McFarland. « Nous faisons également de la musculation quelques jours par semaine, alors je vais le faire pendant une heure. Ensuite, je rentre à la maison et j’ai du temps libre pour rattraper mes devoirs quotidiens ou faire mes devoirs. »

Malgré les mesures de prévention COVID-19 prises au cours de cette année universitaire, une épidémie se profile. Pour limiter le risque des joueurs de contracter le virus, les équipes sportives du CPP ont exhorté leurs athlètes à prendre des précautions dans leur vie personnelle.

« Quand nous avons repris l’entraînement, nous avons fait un pacte d’équipe pour que tout le monde puisse travailler ensemble pour ne pas se rattraper. De plus, nous n’avons pas de spectateurs lors des matchs à domicile et nous portons des masques sur la touche.

Habituellement, au volleyball, vous donnez des high fives et dites bonne chance à l’autre équipe, mais à cause de la pandémie, nous ne pouvons plus le faire », a déclaré McFarland.

Les athlètes du CPP subissent des tests COVID-19 hebdomadaires pour lutter davantage contre les nouveaux cas.

«Lorsque nous avons été renvoyés chez nous au printemps 2020, nous ne pouvions pas être près de nos entraîneurs, utiliser les installations ou nous entraîner. C’était vraiment difficile d’être loin de nos équipes », a déclaré Tucker. “Cependant, j’ai grandi mentalement à travers cette épreuve et mon amour pour le jeu n’est devenu plus fort que pendant la pandémie.”

Pour vous tenir au courant de la saison sportive d’automne, visitez le site Web de Bronco Athletics.